Reprendre le temps de vivre.

Voilà quelques mois que je n’avais pas écrit une ligne sur le blog. Manque de temps, d’envie mais surtout je ne savais pas quoi vous dire. La routine c’est le commun de chacun et parler pour raconter la même chose que les autres très peu pour moi. Me voilà donc de retour avec quelques petites choses à dire mais surtout à partager.
J’avais fait un article sur le blog qui parlait de mon retour dans le monde du travail qui depuis un an m’avait délogé de mon cocon de télétravail où j’étais comme un poisson dans l’eau. Si au début l’aventure était sympa et enrichissante elle est vite devenu un calvaire de vie.

J’aime bosser, je ne suis pas du genre à rester chez moi en attendant que le temps passe c’est un fait mais avec ce boulot j’ai perdue toute notion de vie réelle. Partir à 6h45 et revenir à 18h voire 18h30 en ayant accumulé 4h de transports dans la journée, s’occuper rapidement des enfants et des quelques tâches ménagères que l’homme n’a pas pu faire m’a vite rendu dingue. La fatigue accumulée plus une anémie assez conséquente a eu raison de moi, de ma patience et de toute envie quelconque. Après un mois d’arrêt maladie j’ai repris le court d’une vie à peu près normal. Je réapprends doucement à réellement profiter de mes enfants même si du coup les symptômes de cette foutue anémie cumulée à ma spasmophilie me bouffe littéralement ma vie.

Et là je me dis qu’il serait peut-être temps de voir plus loin, de se donner les moyens de faire ce dont j’ai envie. Mais voilà, quoi? Des idées j’en ai plein la tête mais il y a se mais, monter sa boîte est vraiment excitant mais je connais les à côté qui ne me donnent pa envie de franchir le cap. La peur de ne pas y arriver, de s’endetter et aussi de ne plus avoir de vie. Car la vérité c’est ce manque réel de vie, cette envie de profiter de sa famille sans être à plat et pouvoir subvenir à leurs besoins.

Je reprends ce brouillon quelques mois après (écrit le 27 avril) et voilà on y est. J’ai claqué la porte et décidée de faire un break depuis le 2 juin. Combien de temps je ne sais pas mais je suis bien décidé à profiter de mes enfants et surtout de moi et de ma santé. J’ai un objectif en vue et je vais tenter de le mettre à profit durant cette année « sabbatique » que je m’octroie. Reprendre mon chemin de vie en lifestyle et surtout en slowlife. Ma santé va mieux, je suis sur le qui vive mais c’est déjà ça de gagner. Je travaille d’ailleurs chaque jour mon mental pour atteindre cette plénitude tant recherchée et ça marche. Ce qui me fait penser que je vous en parlerai aussi mais je l’avais déjà fait . Je développerai un peu plus le sujet dans les mois à venir.

Bon aller pour le reste, on en reparle dans un an ?

Publicités

« La tendance » Slow life et simplicité de vie. Kezako exactement ? 

Ça se propage sur la toile, on parle beaucoup de slow life, de simplicité de vie mais qu’est-ce donc se charabia encore? Une nouvelle tendance, une lubie ? Non personnellement je ne vois pas ça comme une tendance mais comme un art de vivre, c’est d’ailleurs tout simplement ça. Si vous suivez un peu nos voisins nordique, chez eux c’est l’hygge (prononcé hygga) l’hygge est un mélange de bien-être, de chaleur humaine et de vie simple pour faire court, c’est un réel art de vivre et manière de penser différente qui fait son effet et ceux depuis des années.

Alors on oublie le cliché petite maison dans la prairie pour définir la simplicité de vie et la vision de l’escargot qui se traine pour le slow life. Bien que ce soit deux termes qui ne définissent pas la même chose ils sont assez complémentaires.

 

Slow Life . C’est ralentir, prendre le temps. Le temps de contempler sa vie et de la vivre. C’est se déconnecter du monde extérieur si épuisant et reprendre le cours de celle-ci plus zen et sereinement. C’est regarder la neige tomber et profiter du moment présent. C’est vivre sans se stresser, lâcher prise en somme. Décompresser sans culpabiliser, s’occuper de soi pour  être détendu et ainsi profité des petites choses simples qui vous rendent heureux.
Il faut arrêter de vivre à 100 à l’heure d’avoir envie de tout bouclé et de terminer une journée sur les rotules, à bout et complètement névrosé. En adoptant le slow Life on redécouvre le plaisir du plaisir et surtout de la détente et on profite de sa vie tranquillement. Une balade, une sortie au calme dans les bois avec les enfants, un moment de détente sur le sofa avec un livre et un thé … Toutes ses petites choses accumulées sans stress feront que votre vie sera Slow et bien plus harmonieuse.

Quant à la simplicité de vie et j’en vois beaucoup me dire « où lalala elle va nous ressortir Charles de sa maison au fond des champs » hop on s’arrête là, la simplicité de vie ne rime pas avec mormon hein, bien que leur style de vie soit tout à fait fascinant c’est juste réapprendre ou apprendre à évoluer dans un monde moins consommateur, se contenter de petites choses simples qui permettent de vivre sereinement et en harmonie. C’est revenir à l’essentiel, tu sais la vie la vraie, avant les réseaux sociaux la surconsommation et tout ce qui tourne autour d’internet. Alors oui il faut vivre avec son temps et on est bien content de trouver toutes ses ressources mais parfois reprendre les bonnes vieilles habitudes c’est si bon 😉 la simplicité de vie où volontaire s’est consommé autrement, ce n’est pas se priver où se frustrer mais choisir et remplacer certaine chose par d’autres qui apportent davantage.

simplicity

Alors non ce n’est pas une tendance c’est une vraie volonté de vie, c’est vouloir changer et évolué d’une manière différente pour prendre soin de nous et de notre santé mentale ^^ C’est réguler toutes ses choses virtuelles qui nous poussent toujours plus loin un peu trop loin parfois. C’est faire la trie du besoin et prendre la vie à sa source. Il n’est pas nécessaire de pousser la vision à l’excès mais il ne faut pas prendre ça comme une tendance qui s’évanouirait dans quelques mois mais comme une envie de vivre autrement pour soi et son avenir. C’est un chemin que chacun peut prendre et suivre à son rythme s’il le souhaite, en restant toujours conscient et respectueux de ses choix.

 

simplicité de vie

Stress, spasmophilie, angoisse et anxiété comment gérer ses maux naturellement.

On est tous déjà passé par une phase de stress d’angoisse ou d’anxiété parfois même par de la spasmophilie, souvent dû à des soucis, de la fatigue et ou un train de vie bien trop épuisant physiquement et psychiquement. Lorsque ceux-ci sont plutôt passagers et que tout rentre rapidement dans l’ordre ses symptômes restent simple à gérer et on s’en détache facilement. Mais il arrive que notre corps prenne une sorte d’habitude à ses fâcheuses complications et là cela devient bien plus difficile à atténuer.

vertigesmallTout d’abord il faut essayer d’identifier la cause de ce stress ou de cette angoisse et faire le vide. Les symptômes du stress de l’angoisse et de l’anxiété prennent plusieurs formes, nerfs à vif, palpitation cardiaque, douleurs et pic au niveau du sternum, parfois des crises d’angoisse assez violente qui se traduise par une impression de mourir, souffle coupé, spasme musculaire, sensation de pression dans la tête, de se sentir partir,tremblement, mains moites, fourmillement brûlure d’estomac et plein d’autres. Bien sûr il faut être sûr que  le stress ou l’angoisse soit à l’origine de tous ses symptômes avant toute chose.

Je suis personnellement une personne assez stresser et jusqu’à présent mon corps le supportait plutôt bien jusqu’au jour ou j’ai commencé à faire des crises d’angoisse et de la spasmophilie et là plus rien n’a été comme avant. J’ai alors pris le temps de comprendre pourquoi mon corps réagissait comme ça et je me suis fait très peur. J’ai mis beaucoup de temps à comprendre que c’était bien de ça qu’il s’agissait. Depuis, j’ai trouvé un moyen de les combattre lorsque celles-ci font surface. Alors je ne dis pas que je n’en ai plus mais qu’avec un peu de pratique et des petites choses naturelles j’arrive à les gérer sans trop paniquer et sans appeler les pompiers (car oui cela m’est déjà arrivé d’appeler le SAMU car je pensais faire une crise cardiaque et les pompiers eux-mêmes y ont cru aussi, j’avais tous les symptômes qui le faisaient penser). Bref j’ai donc cherché divers remèdes et j’ai surtout changé ma manière de vivre, je me suis bien remise en question.

 

  • Premièrement, la méditation. J’en parle souvent mais c’est vraiment une pratique qui permet de réguler son corps et son esprit. La méditation relaxe, détend enlève le stress et permet de repartir du bon pied. Méditer le matin pour commencer une journée sereine et le soir pour évacuer les tensions aide énormément, ce sont des moments où vous écoutez votre corps et apprenez à dégager les tensions et à gérer énormément votre subconscient. Lors de crises d’angoisse ou de spasmophilie la méditation permet de faire le vide et d’atténuer grandement l’angoisse et les symptômes de la spasmophilie.

(Quelques liens par ici )

 

  • Le yoga permet aussi de se ressourcer et d’apprendre à connaitre son corps en l’apprivoisant sereinement. 
  • Pensez à ralentir le café et toute source de caféine, thé etc . Passez au rooibos ou au décaféiné à certains moments de la journée, surtout le soir. Ralentir aussi le tabac qui est un excitant neurologique.
  • Il existe aussi la phytothérapie, une cure de griffonna et rhodiola durant un mois m’a permis de remettre un peu les pendules à l’heure. (N’hésitez pas à demander conseil à votre herboriste)

Lors d’une crise d’angoisse et ou spasmophilie il faut comprendre que c’est simplement votre corps qui se protège contre tout ce que vous emmagasiner, alors oui c’est dur de laisser les choses faire mais concrètement plus vous allez vous focaliser dessus plus la crise de spasmophilie et d’angoisse sera violente. Il faut se détendre  écouter un son doux, prendre un bain où vous mettre au calme et vous reposez. Si une personne est avec vous demandez lui si besoin de rester à vos cotés le temps que cela passe mais ce n’est pas forcement une bonne méthode à faire à chaque fois, il faut apprendre à gérer seul les crises pour ne pas développé un besoin continuel d’être accompagner au cas ou les angoisses se présenteraient.

Bien sur, plus vous vous focaliserez sur la crise et plus vous angoisserez, c’est un cercle vicieux. Oui je sais ce n’est pas simple de faire comme si de rien n’était mais il faut apprendre à contrôler ses sensations par de petites choses naturelles.

  • Cherchez aussi  du coté du manque de magnésium qui peut être la cause d’accentuation des symptômes. Une cure d’un mois de temps en temps peut changer le cours des choses car la fatigue due à cette carence peut effectivement augmenter les symptômes ou en créer certains.
  • Il faut aussi surtout revoir sa manière de vivre, apprendre à décompresser à ne plus se presser pour des choses futiles, prendre le temps et se détendre au maximum. Revoir sa manière de vivre c’est savoir se remettre en question voir les choses différemment. Un problème n’importe lequel à toujours une solution et vous inquiétez ne changera rien, prenez les événements comme il viennent pour le résoudre le plus simplement possible.

Vous vous levez tôt et avez une journée intense? Prenez le temps de vous reposer et couchez-vous de bonne heure, vous rattraperez le week-end les séries loupé, du moins le temps de vous remettre en forme 😉

 

  • Mangez sain et varier, une bonne alimentation aidera aussi votre corps à se sentir mieux.
  • Faire du sport et se recentrer sur soi et un bon moyen d’enlever le stress et de canalisé votre subconscient. 

Ce n’est pas simple, c’est un vrai travail qui demande parfois pas mal de temps avant de porter ses fruits mais qui permet réellement de calmer ou diminuer les crises.

Crée un espace de détente chez vous, même juste une simple couette et de gros oreillers moelleux sur votre canapé feront l’affaire. Il faut juste être à l’aise et prendre du plaisir à s’écrouler dedans pour lire un livre ou regarder une série. Prenez le temps d’aller au sauna ou hamam de temps en temps ou tout autre endroit qui vous détend. Les massages sont une bonne source de détente et chéri peut tout à fait s’en occuper.

 

Votre corps envoie un appel à l’aide et vous demande du repos psychique et physique, écouter le tout simplement et pas de panique, il ne peut rien vous arriver.

 

happiness-1866081_960_720

Réapprendre à se laisser vivre.

Déconnecter, débrancher, vivre tout simplement. C’est peut-être bête mais la société actuelle pousse les gens à vivre à cent à l’heure dans un monde 2.0, à croire que pour être heureux il faut être dans les diktats actuels.

Et si on essayait simplement de vivre sans rien de plus, de prendre soin de soi des siens, de profiter du moment présent sans se prendre la tête?

Out stress et angoisse, réorganisons nos priorités et nos envies. Prendre le temps de rester en pyjama sous la couette le dimanche, faire à manger à 13 h ou prendre son petit déjeuner. Place au laissé vivre et laissons nous aller au slow Life. Vivre indépendamment de ce que les gens font. Il n’est pas nécessaire de faire de grandes choses pour se sentir bien, au contraire.

wp-1484907105608.png

 

Une couette un film, un thé un tricot, peu importe tant que cela vous apporte du bonheur. Apprendre à découvrir ou à redécouvrir comment s’occupait nos parents nos grands-parents avant toute cette vie virtuelle dont nous sommes tous presque dépendant. Laissons le calme rentrer dans notre demeure n’en n’ayons pas peur, une bougie, le coin d’un feu, un livre et se laisser aller à penser agréablement.

Ce qui est absolument fou de dire de réapprendre tout ça puisque ce sont les bases de notre vie et que nous avons simplement appris à faire autrement, il faut surtout se détacher de ce monde quasi virtuel et faire au plus simple.

Out la mère parfaite, la femme parfaite, l’enfant parfait tout ça c’est comme le prince charmant, ça n’existe que dans les contes des fées. Relativisé et prendre conscience qu’il faut en profiter avant qu’il ne soit trop tard, avant qu’il y ait des regrets.

Une simple déduction de la vie, de celle que je suis devenue et malgré tous les soucis que la vie peu nous mettre sur notre chemin, il est essentiel de rester serein et bien dans ses baskets. L’important est de faire ce qui nous rend heureux ce qui nous apporte du réconfort et peu importe ce qu’on peut lire ou voir sur les réseaux sociaux ou autres cela nous renvoie souvent à de jolies photos qui ne sont qu’illusion et derrière ses jolies choses se cache souvent la désillusion.

istock-531466114

Je remarque beaucoup que les gens sont souvent frustrés de ces personnes qui étalent leur « vie parfaite » et leurs « soirées de rêves » sur les réseaux sociaux. Il faut avoir du recul face aux photos de famille digne d’un catalogue Ikea, réapprendre à ne pas se laisser avoir par tout ce qu’engendrent les réseaux actuels (même si c’est super agréable de voir autant de jolies choses) et revenir aux sources à ce que nous sommes pour être simplement bien. Savoir partager et profiter du plus simple et se laisser aller comme avant.

Prendre le temps de profiter de pas grand-chose, d’une balade, d’un moment de rire avec ses enfants, d’un câlin le matin même si tu risques d’arriver 5 min en retard. Réorganisé son intérieur pour qu’il soit le plus cosy possible et souhaiter y passer le plus de temps bref un nombre incalculable de petites choses qui ne coutent rien et qui embaume le coeur de joie.

Posé son téléphone et son ordi en rentrant du boulot pour se consacrer qu’à soi à sa famille. Et surtout prendre le temps de vivre la vie réelle pour laquelle nous sommes faits.

Namastè.

twinkly-lights